Style Selector

Reset Style
Choose Your Layout Style
Image Processing
Menu Position
Top Widgetized Area
Color Skin
  • Blue
  • Pink
  • Green
  • Violet
  • Violet
  • Violet
  • Violet
  • Violet
  • Violet
  • Violet
Background Image
  • Image 1
  • Image 2
  • Image 3
  • Image 4
Background Pattern
  • Pattern 1
  • Pattern 2
  • Pattern 3
  • Pattern 4
  • Pattern 5
  • Pattern 6
  • Pattern 7
  • Pattern 8
Background Color
  • Color 1
  • Color 2
  • Color 3
  • Color 4
  • Color 5
  • Color 6
  • Color 7
  • Color 8

LES PRINCIPES DE LA PERMACULTURE

Une des innovations de la conception en permaculture est d’apprécier l’efficacité et la productivité des écosystèmes naturels par l’observation minutieuse, et d’en dériver des principes directeurs universels, applicables par tous.

Les principes de design sont vraiment au cœur de tout système de permaculture. Chaque permaculteur peut développer son propre système de principes. Certains ajoutent ainsi de nouveaux principes par rapports a ceux qui font référence. Ces principes, dont le nombre limite n’est donc pas fixé, évoluent au fil du temps en fonction de l’affinage des connaissances. Ils constituent une base croissante qui forme un filtre, un mode de pensée, une vision et une compréhension du monde que l’on peut avoir à un moment donné et qui accompagne le processus de design tout au long de sa création. Plus ces principes sont intégrés dans l’individu, plus ils deviennent automatiques, et font partie du mode de pensée et d’action. Ils font ainsi partie de notre culture, en nous faisant évoluer vers une “culture” permanente.

LES PRINCIPES DE BILL MOLLISON

De l’éthique de la permaculture, Bill Mollison a developpé cet ensemble de principes qui permettent d’envisager un design:

  1. Prévoir l’efficacité énergétique
  2. Emplacement relatif
  3. Circulation d’énergie
  4. Effet de bordure
  5. Chaque élément doit avoir plusieurs fonctions
  6. Chaque fonction est remplie par plusieurs éléments
  7. Travailler avec la nature plutôt que contre elle
  8. Faire le plus petit effort pour le plus grand changement
  9. Le problème est la solution

Puisque la stabilité, la richesse, la résilience, et surtout l’efficacité d’un système repose sur les interconnections entre ses éléments, si l’on rencontre un problème à un moment donné dans le système, c’est qu’une connexion manque entre certains éléments. Pour le résoudre, il faut donc relier l’élément problématique à un autre, quitte a l’introduire, et le problème d’un élément devient la solution d’un autre. La vie utilise ce principe de manière omniprésente ; prenons le calcium pour exemple. L’ion calcium, omniprésent à la surface de la terre, est un poison pour la cellule, car il s’entoure d’une très grande couche d’eau lorsqu’il est en solution et si sa concentration n’est pas régulée, il peut facilement faire exploser la cellule. La cellule a donc inventé des pompes à calcium pour l’évacuer mais cela lui coute de l’énergie, ce qui constitue un problème. Pour le tourner en solution, elle a relié cette situation avec le besoin de protection et de structure porteuse, et s’est mise à stocker le calcium en excès qui constituait pour elle un déchet à évacuer coûteux en énergie pour en faire des exosquelettes (coquilles des escargots) et des endosquelettes (mammifères), tournant ainsi le problème en solution. On voit bien ici que le gain d’efficacité apporté par cette élégante solution est la raison de son succès, et que c’est cela que recherchera la permaculture dans tous ses designs.

Toute forme de vie a un effet sur son environnement

Comme nous le montre la géophysiologie (La théorie Gaia de Lovelock et Margulis), la vie exerce des rétrocontroles sur l’environnement, ce qui a pour conséquence de le modifier. Or, une modification dans un système peut être vécue comme une nuisance, puisqu’une nuisance est l’effet d’un élément qui n’est pas utilisé au bon endroit, ou pas utilisé du tout. Comme chaque élément a un effet sur son environnement, comprendre sa stratégie est capital afin de le relier à bon escient à d’autres éléments afin de tirer partie de ses effets et de ne pas en souffrir. On voit ici l’importance de l’alliance entre l’information (connaissances…) et l’imagination (ingéniosité créative). Par exemple une limace a comme stratégie de consommer des plantes qui sont tendres, en mangeant en priorité les plus tendres. Comprendre cette stratégie permet de luter contre les limaces car on constate que si des mauvaises herbes coupées des allées du jardin sont placées à décomposer sur un jardin qui comporte des limaces, celles-ci vont en priorité se nourrir de ce mulch tendre avant de s’attaquer a des plantes en croissance forcément plus dures que les herbes coupées, aussi tendre soit elles. On a donc tourné l’effet de la limace sur son environnement à son avantage, en acceptant qu’elle ait un effet sur son environnement plutôt que d’essayer de l’annuler.

Le rendement d’un système est théoriquement illimité, il n’est limité que par l’information et l’imagination

Avoir à l’esprit que nous n’avons pas atteint les limites de la connaissance, qui évolue sans cesse et que par conséquent lorsque nous agissons à un instant donné, c’est avec les connaissances du moment, qui seront toujours incomplètes. Au fil du temps et de l’accumulation des connaissances (information), de nouvelles perspectives se présenteront donc qui permettront toujours d’améliorer l’efficacité d’un design. Il en est de même pour l’imagination, qui trouve toujours ses racines dans le monde réel et la compréhension que l’on en a.

Chaque fonction est assurée par plusieurs éléments

Ce principe a pour objectif d’assurer la solidité, la stabilité et la résilience du système. Au cas où un élément arrête de fonctionner, ce principe prévoit un remplaçant pour cet élément. Ce principe est très important, surtout dans le cas de fonctions vitales. Il est aussi appelé principe de redondance. Si vous ne faites pousser qu’une variété de pommes de terre et qu’elles sont attaquées par un parasite, vous n’aurez pas de pommes de terre pour l’hiver. Si vous faites pousser plusieurs variétés et les faites pousser dans différents endroits, vous avez beaucoup plus de chance d’obtenir quand même un récolte. D’autres fonctions, comme l’approvisionnement en eau et le chauffage sont des fonctions vitales. Celles-ci doivent absolument être remplies par plusieurs éléments. Plus la fonction est importante pour la résilience de votre système, plus vous devez prévoir qu’elle soit remplie par plusieurs éléments de ce système.

LES PRINCIPES DE DAVID HOLMGREN

De la même éthique, David Holmgren a développé en 2002 un ensemble de principe légèrement différent et parfois complémentaires.

  1. Appliquer l’autorégulation et accepter les rétroactions (feedback) – il faut décourager les activités inappropriées pour s’assurer que le système continue de fonctionner correctement.
  2. Intercepter et stocker l’énergie – en développant des systèmes qui collectent les ressources quand elles sont abondantes et que nous pouvons utiliser à besoin.
  3. Utiliser et répondre créativement au changement – on peut avoir un impact positif sur des changements inévitables en observant avec attention et en intervenant au bon moment.
  4. Concevoir en passant des motifs généraux (structure) aux détails – en prenant du recul on peut observer les motifs dans la nature et la société et les reproduire. Ils peuvent alors devenir la colonne vertébrale de nos designs et les détails mis en place à mesure que nous progressons.
  5. Intégrer plutôt que séparer – en mettant les bons éléments aux bons endroits, des relations se développent entre ces éléments et ils travaillent ensemble pour s’entraider.
  6. Observer et interagir – En prenant le temps de s’engager avec la nature on peut concevoir des solutions qui correspondent a la situation.
  7. Obtenir un résultat – s’assurer que l’on reçoit réellement des récompenses utiles pour le travail qui est fait.
  8. Ne pas produire de déchets – en trouvant une valeur à chaque ressource disponible et en les utilisant toutes, rien n’est un déchet.
  9. utiliser et valoriser la diversité – la diversité réduit la vulnérabilité à une variété de menaces et tourne à son avantage la nature unique de l’environnement dans lequel il réside.
  10. Utiliser et valoriser les ressources et les services – faire la meilleure utilisation de l’abondance de la nature pour réduire notre comportement consommateur et notre dépendance vis-à-vis des ressources non renouvelables.
  11. Utiliser les bordures et valoriser le marginal – l’interface entre deux choses est l’endroit ou les événements les plus intéressants se produisent. Ce sont souvent les éléments qui ont le plus de valeur, et qui sont les plus divers et productifs.
  12. Utiliser des solutions petites et lentes – Les systèmes lents et petits sont plus faciles à maintenir que les gros, en faisant un meilleur usage des ressources locales et en produisant des résultats durables.

Un document sur le principes: http://holmgren.com.au/downloads/Essence_of_Pc_FR.pdf